|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Politique

La sécurité de la RDC est une question des Congolais, selon Joseph KABILA
Écrit par Berger Media - Publié le 14/04/2021
  

 

L'ancien chef de l'état RD-Congolais a reçu la nouvelle représentante spéciale du secrétaire général des Nations-Unies en RDC dans son domaine de Kingakati, en banlieue de Kinshasa. Au menu de leurs échanges : la question de la sécurité à l’Est de la RDC.

 

Madame Bintou KEITA a été reçu ce matin par le président honoraire, Joseph Kabila à sa demande, pour une visite de courtoisie. Pendant près de deux heures, ils ont échangé sur la question sécuritaire en RDCongo en général et à l’Est du pays, en particulier.

 

"Le président Kabila a redit ce qu'il a toujours dit : la sécurité de la RDC est une question de Congolais eux-mêmes", révèle, à TOP CONGO FM, Barnabé Kikaya Bin Karubi, l'ancien conseiller diplomatique de l'ex-président de la République, qui était présent à cette rencontre.

"Cela passe par la formation d'une Armée, d'une Police et des services de sécurité responsables", a-t-il ajouté.

 

Déjà à l'époque où il était Chef de l'État, s’il n’a pas pu mettre en place cette réforme de l’armée, Joseph Kabila, avait appelé plutôt au retrait des troupes de la MONUSCO. Mais pourquoi ? 

 

Pour Kikaya Bin Karubi, "il était question de retirer les soldats de l'ONU à des endroits où il n'était pas nécessaire. On avait demandé et obtenu la requalification de la mission Onusienne dans notre pays".

 

Des heures d'échanges, pour quel but ?

Le président Kabila était chef de l'État à l'époque où la mission des Nations-Unies a été déployée en République démocratique du Congo et a vu cette mission évoluer de la MONUC à la MONUSCO", renchérit-il. "Ils ont discuté de la situation générale du pays avec un accent particulier sur la mission des Nations-Unies en RDC.

 

"Il était donc normal que la représentante spéciale du secrétaire général des Nations-Unies vienne se renseigner et avoir les points de vue de l'ancien chef de l'État, surtout en ce moment précis où la situation sécuritaire à l'Est de notre pays est de plus en plus préoccupante" a affirmé Mr Kikaya.

 

Ces deux personnalités ont également évoqué la politique intérieure, le processus électoral ainsi que d’autres questions d’actualités.

Cette rencontre intervient après un tête-à-tête avec notamment Martin Fayulu : le chef de l’opposition et Moïse Katumbi, l’ancien gouverneur du Katanga qui a rejoint « l’union sacrée ».

 

 

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité