|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Afrique

NIGER : LE GOUVERNEMENT AFFIRME AVOIR DÉJOUÉ UNE TENTATIVE DE COUP D'ETAT.
Écrit par - Publié le 31/03/2021
  

 

Une tentative de coup d'Etat militaire a été déjouée dans la nuit au Niger, a affirmé mercredi le gouvernement, deux jours avant la prestation de serment du président élu Mohamed Bazoum qui prend la tête d'un pays frappé par les attaques jihadistes et à l'histoire marquée par des putschs.

Des riverains du quartier de la présidence à Niamey ont raconté à l'AFP avoir été réveillés par des tirs. "Les tirs étaient intenses, il y avait des armes lourdes et des armes légères", a témoigné l'un d'eux.

 

Des sources proches du pouvoir ont dans un premier temps annoncé des "arrestations" à la suite d'une "tentative de coup d'Etat", ce qui a été confirmé quelques heures plus tard par le gouvernement.

"Dans la nuit du 30 au 31 mars 2021 une tentative de coup d'Etat a été déjouée", indique-t-il dans un communiqué en condamnant "cet acte lâche et rétrograde voulant mettre en péril la démocratie et l'Etat de droit dans lequel notre pays s'est résolument engagé".

 

Une enquête a été ouverte mais "d'ores et déjà plusieurs personnes en lien avec cette tentative de coup d'Etat" ont été "interpellées et d'autres sont activement recherchées", a-t-il précisé, sans plus de détails.

 

Le gouvernement affirme que "la situation est totalement sous contrôle" et invite "la population à vaquer normalement à ses occupations quotidiennes".

 

Le quartier présidentiel a été quadrillé par les forces de l'ordre, mais dans le reste de la ville, la situation était normale mercredi après-midi, a constaté un journaliste de l'AFP.

 

L'ambassade des Etats-Unis à Niamey a décidé de suspendre ses "services consulaires jusqu'à nouvel ordre" et "encouragé" son personnel à rester à la maison, l'ambassade de France invitant elle "les Français à rester chez eux".

 

Cette "tentative de coup d'Etat" est intervenue avant l'investiture prévue vendredi à Niamey du nouveau président élu Mohamed Bazoum, très proche du chef de l'Etat sortant Mahamadou Issoufou.

 

Son rival, l'ex-président Mahamane Ousmane, conteste les résultats du scrutin et a revendiqué la victoire, appelant à "des manifestations pacifiques" dans tout le pays.Celle prévue mercredi à Niamey a été interdite.

 

De nombreux chefs d'Etat sont attendus pour l'investiture de Mohamed Bazoum, selon les autorités nigériennes.

 

- Attaques jihadistes et putschs -

 

Partenaire privilégié dans la  lutte contre le jihadisme dans les pays du Sahel, dont le Niger, la France doit être représentée par son ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

 

L'histoire du Niger, pays sahélien parmi les plus pauvres du monde en proie à de récentes attaques jihadistes particulièrement meurtrières, est jalonnée par les coups d'Etat.

 

Depuis l'indépendance de cette ex-colonie française en 1960, il y en a eu quatre: le premier en avril 1974 contre le président Diori Hamani, le dernier en février 2010 qui a renversé le président Mahamadou Tandja. Sans compter les tentatives de putsch, nombreuses.

 

Le passage de relais entre Mahamadou Issoufou et Mohamed Bazoum est le premier entre deux présidents démocratiquement élus.

 

Mohamed Bazoum va être immédiatement confronté à l'immense défi des attaques jihadistes menées régulièrement dans son pays par des groupes affiliés à Al-Qaïda et l'Etat islamique dans sa partie Ouest frontalière du Mali et du Burkina Faso, par le groupe nigérian Boko Haram dans sa partie Est frontalière du Nigeria.

 

Les attaques contre des civils se sont multipliées depuis le début de l'année: plus de 300 personnes ont été tuées dans trois séries d'attaques contre des villages et des campements de l'ouest du pays, frontalier du Mali.

 

La dernière de ces attaques de grande ampleur a eu lieu le 21 mars dans la région de Tahoua, faisant 141 morts dans trois villages touareg et des campements alentour.

 

La région de Tahoua, vaste et désertique, se trouve à l'est de celle de Tillabéri, toutes deux proches de la frontière avec le Mali.

 

La région de Tillabéri est située dans la zone dite "des trois frontières" entre Niger, Mali et Burkina Faso, régulièrement frappée par les groupes jihadistes.

 

Dans un récent entretien à RFI et France 24, M. Bazoum a écarté tout dialogue avec les jihadistes, estimant que la situation de son pays était différente de celle du Mali.

 

"Nous ne pourrions pas envisager quelque dialogue que ce soit dans la mesure où il n'y a pas un seul chef jihadiste nigérien, une seule base de jihadistes sur notre territoire", a-t-il affirmé.

 

 

 

 

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité