|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Afrique

Le barrage de la discorde entre l’Ethiopie et l’Egypte.
Écrit par - Publié le 09/07/2020
     

 

Après des décennies de tentatives d’accord, la volonté de l’Ethiopie de mettre en eau son gigantesque barrage de la Renaissance inquiète les Etats riverains du Nil.

 

Ce n’est encore qu’une tension virtuelle, une guerre des mots, une succession de coups de poker et de furieux brassages d’air. Mais cela dure depuis si longtemps. Et, malgré les médiations, le point de bascule n’a jamais paru aussi proche : entre l’Ethiopie et l’Egypte, il suffirait d’un incident, d’une bêtise, d’une exagération de trop, pour que se déchaîne un conflit autour du contrôle des eaux du Nil. En amont, sous forme de gouttes de pluie, l’eau a commencé à tomber en abondance depuis le mois de juin sur le massif montagneux de l’Ouest éthiopien, comme tous les ans lors de la longue saison pluvieuse qui dure jusqu’en septembre.

Ce flot, considérable, alimentera le fleuve qui compte onze pays riverains, mais dont un seul l’associe, littéralement et symboliquement, à sa survie : l’Egypte. Les Etats les plus concernés par le cours principal du Nil – Egypte, Ethiopie, Soudan – doivent trouver un accord pour le partage de cette ressource. Un accord espéré depuis des décennies, et dont l’absence – ou l’échec – devient explosive.

 

L’enjeu du conflit, ou sa solution, c’est ce bloc de béton encore inachevé de 1 780 mètres de long et 155 mètres de haut (pour le barrage principal), qui s’édifie dans l’ouest de l’Ethiopie, sur la rivière Abay (Nil bleu).

Le Nil, plus grand fleuve du monde avec l’Amazone, tire ses eaux d’un bassin-versant gigantesque, couvrant 2,9 millions de kilomètres carrés, soit le dixième de la superficie de l’Afrique, une zone peuplée de 238 millions de personnes. C’est à présent leur avenir qui est en jeu.

Une coopération fructueuse sur la gestion de cette ressource permettrait d’électrifier, d’irriguer et d’accompagner la transformation de cette partie du continent, qui comptera peut-être 600 millions d’habitants en 2050. Pour cela, il faut un accord accepté par toutes les parties, dans les plus brefs délais.

 

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité