|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

POLITIQUE

La recherche du mot clé [ POLITIQUE ] donne le résultat suivant:
637 enregistrements trouvés dans notre base de données Berger-Media.info

Mercredi, 21 Août 2013. Qui aura le culot d'accuser ou d'injurier Kabila de vouloir se pérenniser au pouvoir aussi long temps que c'est l'opposition qui mène le combat de la révision constitutionnelle ? Rien ne s'invente, ce sont les propos de Léon Kengo qui dévoile le plan longtemps caché dans ce que l'opposition a tant réclamé. Dialogue national, concertations nationales sous l'égide de l'Onu ou d'une médiation internationale avec Dénis Sassou Ngwesso ... tant de propositions faites par l'opposition congolaise.
 
Peu à peu, l'opinion sort du schéma "Matata m'a tuer". Matata rassure et beaucoup en convienne, pas parmi les sine culture mais dans l'élite. Elle commence à certifier que le Premier ministre est l’‘‘ecce homo’’ que Kabila cherchait avec une lampe, en plein jour, pour mettre en musique au pied de la lettre son ambitieux programme de la Révolution de la Modernité. De plus en plus, l'horizon s'éclaircit.
 
Peu à peu, l'opinion sort du schéma "Matata m'a tuer". Matata rassure et beaucoup en convienne, pas parmi les sine cultu mais dans l'élite. Elle commence à  certifier que le Premier ministre est l’‘‘ecce homo’’ que Kabila cherchait avec une lampe, en plein jour, pour mettre en musique au pied de la lettre son ambitieux programme de la Révolution de la Modernité. De plus en plus, l'horizon s'éclaircit.
 
Plus de doutes sur la tenue des concertations nationales tant attendues par la classe politique Congolaise. Le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo et celui de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku ont jeté les bases de ce forum en annonçant les différentes thématiques qui y seront débattus.
 
La République démocratique du Congo a émis trois mandats d'arrêt internationaux contre quatre responsables de la rébellion congolaise Mouvement du 23 mars (M23) réfugiés au Rwanda depuis une scission du groupe armé, a annoncé vendredi un communiqué officiel du gouvernement.
 
Les Forces armées de la RDC (FARDC) ont délogé les rebelles du M23 de la colline de Munzoga, au Nord-Ouest de Kibati, et récupéré deux armes lourdes du type Twelve à l'issue d'intenses combats de lundi 22 juillet. Plusieurs sources de la région affirment que les militaires ont bombardé une jeep de rebelles. Les deux forces en présence n'ont pas donné le bilan de ces combats.
 
Les rebelles du M23 ont exécuté sommairement au moins 44 personnes et violé au moins 61 femmes et filles depuis mars 2013 dans l'est de la république démocratique du Congo. Des habitants de la région et des anciens rebelles ayant déserté ont fait état d'opérations récentes de recrutement forcé d'hommes et de garçons par le M23 au Rwanda et en RD Congo.
 
Echec et mat! Les rebelles du M23 ont une fois de plus échoué dans leur tentative d\'avancer vers la ville de Goma, chef-lieu du Nord-Nord. Les Forces armées de la RDC (FARDC) les ont mis en déroute et en débandade sur le front de Mutaho, à une dizaine de kilomètres de la ville volcanique. Des sources recoupées affirment que les troupes loyalistes ont été impériales et les assaillants se sont retirés vers Kilimanyoka à proximité de Kibati. Le porte-parole du gouvernement s\'en est félicité, lundi 15 juillet et a avancé un bilan provisoire de 120 rebelles tués et une dizaine d\'autres capturées.
 
Réunie en conclave du 2 au 11 juillet, l'opposition politique appelle à  un dialogue transparent et sans exclusive et réclame la présence du président en exercice de la CIRGL, Denis Sassou N'Guesso et celle de Mary Robinson, envoyée spéciale de l'Onu dans la région des Grands Lacs.
 
Eugène Diomi Ndongala Nzomambu doit encore attendre pour se faire soigner. Son procès qui s'est ouvert lundi 8 juillet avant d'être immédiatement renvoyé fait craindre une procédure longue et balbutiante, dommageable pour sa santé précaire, à  en croire un communiqué signé du 8 juillet de son parti la Démocratie chrétienne. Explication : l'opposant n'a pas été notifié de la tenue de ce procès. Poursuivi pour viol sur mineures, ce qu'il conteste, Diomi parle d'un montage destiné à faire taire un homme politique très proche de l'opposant historique Etienne Tshisekedi, le leader de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).
 

1Page 21/64
64
Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité