|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Politique

Présidentielle en RDC : la SADC appelle les acteurs « au calme » et au respect des lois.
Écrit par Berger Media - Publié le 17/01/2019
     

 

Une réunion de haut niveau conduite par Hage Geingob, président namibien et président en exercice de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), s’est tenue jeudi 17 janvier à Addis-Abeba. Le communiqué final est très mesuré. Une réunion de l'Union africaine, à l'initiative de Paul Kagame, est prévue dans la foulée.

 

La Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), qui préconisait dimanche un « recomptage des voix » et appelait à la formation d’un « gouvernement d’union nationale » en RDC, a largement revu sa position. Dans le communiqué final de la réunion de haut niveau qui s’est tenue ce jeudi à Addis-Abeba, en présence notamment des chefs d’État Cyril Ramaphosa et João Lourenço – avant une seconde rencontre, le même jour, placée cette fois sous l’égide de l’Union africaine en présence de Paul Kagame, président rwandais et président en exercice de l’UA – , il n’est désormais plus fait mention d’un éventuel recomptage.

 

« Craintes d’une partie de la population congolaise »

En ouvrant la séance, Hage Geingob, président de la Namibie et président en exercice de la SADC, en avait fixé les enjeux : « Le peuple de la République démocratique du Congo compte sur nous tous pour contribuer à créer un climat propice à la cessation des conflits et de l’instabilité dans le pays. »

 

« L’annonce faite le 10 janvier 2019 par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a suscité de l’espoir, notamment parmi la population de la RDC. Comme lors de toute élection, elle a également suscité des craintes dans une autre partie de la population congolaise, craignant qu’elle ne soit laissée de côté », a par ailleurs constaté Hage Geingob.

 

Convoquée la veille, cette réunion autour d’Hage Geingob de la double Troïka des chefs d’État et de gouvernement de la SADC a réuni João Lourenço, le président angolais, Cyril Ramaphosa, le président sud-africain (également président sortant de la SADC), Edgar Chagwa Lungu, président zambien. Augustin P. Mahiga, ministre tanzanien des Affaires étrangères, et Raphael Faranisi, ambassadeur du Zimbabwe en RDC, étaient également présents.

 

Joseph Kabila et la Ceni félicités

Après avoir écouté l’exposé de la situation délivré par Leonard She Okitundu, vice-Premier ministre des Affaires étrangères de la RDC, c’est un communiqué officiel très mesuré que les chefs d’État participants à cette réunion de haut niveau ont publié.

 

Le texte adresse d’abord une série de félicitations : au gouvernement sortant de la RDC et à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) « pour l’organisation et la conduite des élections dans un environnement globalement paisible et ce, malgré certains incidents, l’épidémie dévastatrice à virus Ebola et les problèmes de sécurité » ; ainsi qu’à Joseph Kabila, « pour son leadership démontré dans la conduite des élections ».

 

Le sommet demande instamment à la communauté internationale de respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale de la RDC.

Après avoir « pris note du recours électoral introduit à la Cour constitutionnelle contestant les résultats provisoires de l’élection présidentielle », les chefs d’État y appellent les différents acteurs à « rester calme, agir de manière à consolider la démocratie, à préserve la paix et à traiter tout grief électoral conformément à la Constitution et aux lois électorales ».

 

Par ailleurs, « le Sommet demande instamment à la Communauté internationale de respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale » de la RDC. Un message que n’a pas manqué de relayer la diplomatie congolaise sur Twitter.

 

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité