|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Politique

De quoi est mort le gouverneur du Congo-Central Jacques MBADU SITU ?
Écrit par Berger Media - Publié le 22/07/2018
  

 

C’est la présidence de la république démocratique du Congo qui a annoncé officiellement le décès du gouverneur de la province du Congo-central, Jacques Mbadu Situ le jeudi 18 juillet 2018 à Kinshasa. Monsieur Mbadu a été transporté à l’hôpital de centenaire après un malaise qui a débuté au palais du peuple, peu de temps avant  le discours du président devant le congrès.

Arrivé mercredi soir, accompagné de son épouse, une députée nationale du Congo-central, le gouverneur aurait passé une nuit tranquille dans un hôtel de la place, où il aurait partagé son dîner avec quelques visiteurs. Le lendemain, vers 12h, il s’était rendu au palais du peuple où il devrait assister au discours du chef de l’état devant les deux chambres du parlement réunies.

Selon les témoins, alors qu’il pénétrait dans le hall du palais du peuple, il a eu un malaise. Toute de suite, il été transporté à l’hôpital le plus proche. A son arrivé, il était conscient. Alors que le médecin poursuivait la consultation, il aurait fait une crise, puis cinq minutes après, il est entré en comas. Malgré les efforts du corps médical, Jacques Mbadu Situ ne s’est pas réveillé et sa mort a été déclarée.

La mort le voulait…

Quelques semaines auparavant, Jacques Mbadu avait assisté à l’inauguration, par le chef de l’état du barrage de Zongo. Plusieurs autres membres du gouvernement national et provincial ont pris part à cette cérémonie. En sa qualité de gouverneur de province du Congo-central, cet événement était de grand intérêt pour sa population. Seulement, au retour de cette cérémonie, plusieurs véhicules dont ceux de la présidence et du gouvernorat ont été accidentés. Selon les témoins, il aurait échappé belle à une mort certaine.

Pour ceux qui croient encore à la « force des esprits Kongo », ces accidents seraient un message au chef de l’état et à son gouverneur.

Autoritaire,  Impopulaire…

Rappelons que le Congo-central est un bastion de l’opposition. A toutes les élections, le parti du président ainsi que ceux de la majorité n’ont jamais gagné.

Elu en 2012, sans étiquette, le revirement de Jacques Mbadu au PPRD, parti de Joseph Kabila n’a pas été digéré par les nés-Kongo. Seulement, en RDC, on peut pas gouverner à dos, contre Kinshasa.

Appelé aussi Jacques de « Bambongo », par ses fans, monsieur Jacques Mbadu était aussi autoritaire et promettait des emplois à la population et un développement rapide de la province.

Outre la construction du stade de Matadi, toujours en cours, il a ouvert plusieurs routes de dessertes agricoles. Il a crée la Direction générale des recettes du Kongo central (DGRKC) sur base des recommandations du forum de Kisangani, en remplacement de REPERE.

En 2016, il a fait l'objet d'une motion de défiance initiée par huit députés, qui outre les licenciements des fonctionnaires de REPERE, ils lui reprochent le détournement des rétrocessions et l'instauration de taxes illégales qui ne bénéficieraient pas au budget de la province. La motion est rejetée, principalement pour des raisons de vice de procédure.

En mai 2017, il remanie de nouveau son gouvernement dont les effectifs passent de 10 à 6 ministres, tous masculins. Il attribue cette restructuration aux difficultés financières rencontrées par le gouvernement face au laxisme de l'organisme chargé de collecter les recettes. Il annonce dans le même temps le licenciement de nombreux fonctionnaires, dont il avait promis que les arriérés de salaires seront honorés.                                                                                                                                 

Suite à son impopularité dans sa province, sa famille a décidé qu’il soit inhumé à Kinshasa, la capitale. E.N.

 

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité