|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Politique

CPI : Jean-Pierre Bemba acquitté en appel
Écrit par Myriam Mbewa - Publié le 08/06/2018
     

 

L'ex vice-président congolais a été condamné en première instance à 18 ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, en 2008. Jean-Pierre Bemba a été acquitté en appel ce vendredi 8 juin 2018, vers 16h00, heures de Paris, a décidé la Cour pénale internationale. La majorité des juges d'appel ont décidé d'annuler la décision de la cour de première instance après avoir relevé de sérieuses erreurs dans le jugement, notamment dans la non prise en cause de circonstances atténuantes.

 

L’ex-vice-président congolais avait été condamné en 2016 à dix-huit ans de prison pour « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité » en Centrafrique.

Dix ans après son arrestation, Jean-Pierre Bemba devrait être définitivement fixé sur son sort devant la Cour pénale internationale (CPI), vendredi 8 juin. En 2016, l’ancien vice-président de la République démocratique du Congo (RDC) et ex-candidat à l’élection de 2006 avait été reconnu coupable par la justice internationale de « crimes contre l’humanité » et de « crimes de guerre », commis non pas dans son pays mais en République centrafricaine, en 2002 et 2003.

Le « chairman », comme l’appellent ses partisans, avait été condamné à dix-huit ans de prison. Ses défenseurs avaient fait appel, comme le procureur, qui réclamait une peine d’au moins vingt-cinq ans. La décision des juges est attendue dans l’après-midi à La Haye.

Jean-Pierre Bemba, qui n’était pas en République centrafricaine au moment des faits, avait été condamné en tant que supérieur hiérarchique n’ayant ni prévenu, ni puni les crimes de sa milice, le Mouvement pour la libération du Congo (MLC), devenue depuis un parti politique en RDC.

Durant cinq mois en 2002 et 2003, quelque 1 500 soldats du MLC avaient tué, pillé et ravagé. De nombreuses victimes avaient déposé lors du procès en première instance, évoquant notamment des viols, le plus souvent collectifs et en public.

 

Arrêté en Belgique en mai 2008

Au cours des audiences d’appel, en janvier, comme tout au long du procès, Jean-Pierre Bemba avait, une fois de plus, éludé ses responsabilités et nié tout contrôle de ses hommes présents en République centrafricaine.

A l’époque des crimes, les miliciens du MLC étaient partis combattre au profit du président centrafricain Ange-Félix Patassé, en butte à la rébellion de son futur tombeur, François Bozizé. Les avocats de M. Bemba assurent qu’une fois passée l’Oubangui, qui marque la frontière entre les deux pays, les combattants du MLC avaient été placés sous l’autorité de l’armée régulière centrafricaine. Ange-Félix Patassé avait, un temps, été ciblé par le bureau du procureur de la CPI, avant que ce dernier décide de ne pas le poursuivre.

 

Jean-Pierre Bemba avait été arrêté en Belgique en mai 2008, à la demande de la CPI. L’homme d’affaires y vivait en exil depuis sa fuite de Kinshasa, en 2007.

 

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité