|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Politique

La rencontre Macron - Kagame fait trembler Kinshasa.
Écrit par - Publié le 27/05/2018
  

 

27/05/2018 : Les ambassadeurs de l’Angola, du Rwanda et celui de la France ont été convoqués en urgence par le Vice-Premier ministre congolais, Ministre des Affaires étrangères et de l'Intégration régionale Leonard She OKITUNDU. Le motif ? Le gouvernement congolais veut savoir ce qui trame sur son dos entre ces pays.

 

Le président français, Emmanuel MACRON A reçu mardi 22 mai 2018 à l’Elysée, son homologue rwandais Paul KAGAME. Près d’une heure de tête en tête, les deux chefs d’état ont évoqué les relations bilatérales entre les deux pays et la sécurité dans la région des grands –Lac.

Cette rencontre a créé des remous à Kinshasa où le chef de la diplomatie congolaise, Léonard She Okitundu a convoqué dans son cabinet de travail, les ambassadeurs du Rwanda, de l’Angola et de la France accrédités à Kinshasa.

Selon nos sources, la RDC veut savoir ce qui trame entre ces pays en son sujet. D’après l’agenda de l’Elysée, après Paul Kagame, le président français, Emmanuel Macron, recevra le chef d’état angolais, Joao Lourenço dans les jours qui viennent.

Selon les mêmes sources, ce dernier aurait déjà discuté avec Paul Kagamé sur la RDC, avant son départ pour Paris.

Lors de la conférence de presse de deux chefs d’état, le mardi 22 mai dernier, Emmanuel Macron avait déclaré qu’il soutient le point de vue de Paul Kagame, notamment sur le conflit en RDC et au Sahel, sans plus de précision. D’où la crainte de Kinshasa qui a voulu avoir des explications.

La crise politique en République Démocratique du Congo, en ce qui concerne l’organisation des élections présidentielles n’a pas encore trouvé un issu. Rien ne peut affirmer que les élections présidentielles prévues le 23 décembre prochain auront bel bien lieu, sans heurte.

Si la majorité souhaite le maintien de Joseph Kabila, cela n’est plus de l’avis de ses homologues africains qui craignent un abrasement du conflit dans la région.

Depuis son arrivé au pouvoir, on dira que Emmanuel Macron n’a pas encore sorti toutes « ses cartes » pour l’Afrique. S’il a effectué son premier voyage au mali, c’était juste pour soutenir ses troupes basées dans ce pays, qui combattent les terroristes islamistes.

Toutes fois, il avait annoncé lors de sa campagne qu’il comptait construire une nouvelle politique avec l’Afrique, orientée vers le développement, en même temps, basée sur le respect de la démocratie et des droits de l’homme. En cette dernière matière, ni Kagame, ni Kabila n’aura la bonne note. N.E.

 

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité