|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Culture

Thèse de Matata Ponyo contesté, Mabi Mulumba qui démissionne de l’Ecole Doctorale de l’UPC.
Écrit par Berger Media - Publié le 15/02/2018
     

Coup de tonnerre à l’Université Protestante du Congo (UPC) avec la démission du Directeur de son Ecole Doctoral au sein de la Faculté d’Administration des Affaires et Sciences Economiques, le Pr et ancien premier ministre honoraire Evariste Mabi Mulumba.

 

Cette démission « la mort dans l’âme » se fait sur fond de contestation de « graves irrégularités ayant emmaillé le processus de la présentation de la thèse de Mr Matata Ponyo Mapon admis comme doctorant » dans cette école. Sous l’intitulé « Qualité de l’ajustement budgétaire et croissance économique : cas de la République Démocratique du Congo (1974-2015) », et l’ancien Premier ministre honoraire (2012-2016) Augustin Matata Ponyo avait été proclamé docteur en Sciences économiques par l’UPC le 03 février 2018avec mention « grande distinction ».

 

Dans sa lettre datée du 13 février 2018 adressée au Recteur de cette université Mgr Ngoy Boliya, le Pr Mabi Mulumba dit avoir « alerter, plu d’une fois et suffisamment à temps, pour évacuer les irrégularités dans le processus conduisant à la défense de la thèse de Mr Matata Ponyo Mapon en rapport avec le respect du règlement académique et de l’Arrêté Ministériel portant organisation du 3ème cycle dans les établissements d’Enseignement Supérieur en RDC ».

 

Des irrégularités à profusion

Trois griefs sont relevés par Mabi Mulumba en infraction dudit Arrêté ministériel n°175/MINESU/CAB-MIN/TMF/EBK-RK3/CPM/2015 du 22/12/2015 pris sous le gouvernement Matata en personne, notamment « la durée conduisant à l’obtention du diplôme de doctorat après l’obtention de celui de DEA » qui doit-être de 3 ans minimum et 5 ans au maximum. Durée de temps que n’a pas respecté le « doctorant Matata Ponyo qui a obtenu son diplôme de DEA en janvier 2016 à l’Université de Kinshasa et sa défense publique de thèse ayant été organisée par l’UPC le 3 février 2017 soit après une période de moins de trois ans exigés par l’Arrêté ministériel précité » note Mabi Mulumba.

 

Le Pr Mabi Mulumba relève également la composition du jury selon l’Arrêté Ministériel susmentionné qui stipule que « le jury de thèse est constitué du promoteur de la thèse, d’un membre du Comité d’Encadrement, d’un membre extérieur au Département, d’un membre extérieur à la Faculté, de trois membres extérieurs à l’Etablissement. Tous les membres du jury doivent être revêtus du grade de Professeur, Professeur Ordinaire ou encore Professeur Emérite ».

 

Dans le cas du premier ministre honoraire Matata, Mabi Mulumba note que « cette procédure a été violée dans la composition du jury de thèse alors que l’Arrêté 175en ce qui concerne la composition du jury prévoit : qu’un seul membre du Comité D’encadrement, le jury Matata en compte trois : Professeur Mpereboye Mpere, Professeur Kalala Tshimpaka et professeur Checot Eboue. Que les professeurs associés ne peuvent pas être retenus comme membres des jurys de thèse, le jury Matata Ponyo en compte deux : les professeurs Kalala Tshimpaka et Kabamba Ntenta ».

 

Enfin Mabi Mulumba dénonce ce qu’il qualifie de non-respect du Règlement Académique concernant la composition du jury de thèse« soumise à la sanction du recteur en date du 17 novembre 2017 sur initiative du seul Doyen de la FASE sans concertation préalable avec l’Ecole Doctorale et le Conseil de la Faculté » ; et l’absence à l’Ecole Doctorale du PV attestant la finalisation de la thèse doctorale signé par le Comité d’Encadrement.

 

Si rien ne peut présentement être contesté à Matata dans le fond de sa thèse même s’il y aura beaucoup à dire sur la nouvelle mode d’obtention des diplômes universitaires par les politiques de l’ère Kabila ; c’est sur la forme que ça dérange les bonnes consciences intellectuelles du pays. Et cette récusation qui ne dit pas son nom du diplôme de Matata Ponyo par Mabi Mulumba en est une illustration concrète.

 

 

Le professeur Mabi Mulumba conclut en indiquant que sa « démission marque en réalité notre attachement à l’Ecole Doctorale fonctionnant au sein de la faculté d’Administration des affaires et Sciences Economiques en insistant sur la défense qui doit être la nôtre de la crédibilité de l’UPC, de son Ecole Doctorale et des apprenants sortis de son sein ». ABW

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité