|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Politique

RDC : Evasion massive mercredi des prisonniers de la Prison centrale de Kinshasa.
Écrit par Berger Media - Publié le 17/05/2017
  

Une évasion massive et spectaculaire des prisonniers a été observée, mercredi au Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK), ex-Prison centrale de Makala, après une attaque à l’aube de ce pénitencier par les adeptes de la secte politico-religieuse « Bundu dia Mayala » (BDM), a annoncé le ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba.

 

Les adeptes de Ne Mwanda Nsemi ont attaqué la prison de Makala, tuant les policiers avec des machettes, incidiant tous les bureaux de la prison. Ils ont fait fuir leur maître Ne Mwanda Nsemi de la prison avec d’autres éléments.

 

Cette même information a été confirmée par le bourgmestre de la commune de Selembao, Fidèle Mpayi, précisant que « ce sont les adeptes de Ne Mwanda Nsemi qui ont attaqué la prison depuis la nuit. Ils voulaient récupérer leur chef… Maintenant, la situation est un peu calme, mais il y a plusieurs évasions », a-t-il dit.

 

Situation sous contrôle, selon la police

De son côté, le porte-parole de la Police nationale congolaise (PNC), le colonel Ezéchiel Mwanamputu assure que les forces de l’ordre ont réussi à prendre le contrôle total de la Prison centrale de Makala, quelques heures après cette attaque.

 

«En ce moment, les opérations sont toujours en cours, mais il faut dire que les forces de l’ordre ont pris le contrôle de tout le site de la prison. Tout est maîtrisé maintenant», a-t-il affirmé, sans communiquer le bilan de cette évasion.

Selon d'autres sources, plusieurs prisonniers politiques manquent à l'appel. Par contre, Le colonel Eddy Kapend, accusé pour l'assassinat du président L.D Kabila a choisi de rester dans sa cellule. 

 

Ne Mwanda Nsemi, de son vrai nom Zacharie Badiengila, chef spirituel de la secte politico-religieuse Bundu Dia Mayala (BDM), est poursuivi par le ministère public pour offense envers le Chef de l’Etat, incitation à la haine tribale, provocation à la désobéissance civile, organisation de groupes terroristes, détention illégale d’armes et munitions de guerre, meurtre, incendie criminel, destruction méchante ainsi que pour incitation à la révolte.AP

 

 

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité