|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Afrique

L’ancien président égyptien Hosni Moubarak sort de prison
Écrit par Berger Media - Publié le 24/03/2017
  

Début de mars, la Cour de cassation a définitivement acquitté des accusations d’implication dans le meurtre de manifestants durant la révolte de 2011

L’ancien président égyptien Hosni Moubarak, renversé au début de 2011, est sorti libre de prison vendredi 24 mars, pour la première fois en six ans, a annoncé son avocat, Farid Al-Deeb. Monsieur Moubarak a été le premier des chefs d’Etat renversés dans le cadre des « printemps arabes » à être destitué et jugé.

Agé de 88 ans, l’ex-raïs, qui a régné d’une main de fer sur l’Egypte pendant trente ans, a quitté l’hôpital militaire de Maadi, où il était détenu, et a pris la direction du quartier d’Héliopolis, dans la banlieue du Caire, où il possède une résidence.

Jugé dans deux grandes affaires

Au début du mois, la Cour de cassation l’a définitivement acquitté des accusations d’implication dans le meurtre de manifestants durant la révolte de 2011, au cours de laquelle quelque 850 personnes ont été tuées lors d’affrontements avec la police.

Il avait été condamné à la prison à vie en juin 2012, mais un nouveau procès avait été ordonné par la justice. En novembre 2014, un autre tribunal qui le rejugeait avait finalement ordonné l’abandon des accusations, blanchissant ainsi M. Moubarak, mais le parquet avait introduit un recours en cassation.

Lire aussi :   Acquittement de Moubarak : la révolution égyptienne classée sans suites

Dans un autre grand procès, la cour d’appel avait confirmé, en janvier 2016, une peine de trois ans de prison pour M. Moubarak et ses deux fils, Alaa et Gamal, dans une affaire de corruption. Ils étaient tous trois accusés d’avoir détourné plus de 10 millions d’euros, alloués à l’entretien des palais présidentiels. Outre les trois ans de prison, tous trois ont été condamnés ensemble à payer une amende de 125 millions de livres égyptiennes (environ 15 millions d’euros) et à rembourser à l’Etat 21 millions de livres (2,5 millions d’euros). Dans cette affaire, M. Moubarak a purgé sa peine et ses deux fils ont été remis en liberté.

Interdiction de voyager

La justice égyptienne a ordonné jeudi la réouverture d’une enquête pour corruption contre l’ancien président. Cette nouvelle enquête porte sur des accusations selon lesquelles lui, sa femme, leurs deux fils et belles-filles ont reçu des cadeaux du quotidien gouvernemental Al-Ahram d’une valeur d’environ 1 million de dollars.

En 2013, un juge d’instruction avait accepté d’abandonner l’enquête après que cette somme eut été rendue par les intéressés, mais le parquet a fait appel.

 

M. Moubarak est aussi visé par une autre enquête pour gain illicite, mais n’a pas été traduit devant les tribunaux pour cette affaire. Il ne pourra toutefois pas se rendre à l’étranger, d’après son avocat, en raison d’une enquête de l’organisme égyptien qui surveille les fortunes accumulées de manière frauduleuse.

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité