|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Sports

Les Léopards empêchés d’accéder dans le dernier carré de la CAN-Gabon 2017 par les Black Stars du Ghana (1-2)
Écrit par Berger Media - Publié le 30/01/2017
  

Les Léopards de la RDC ont été empêchés d’accéder dans le dernier carré de la 31ème Coupe d’Afrique des nations de football par les Black Stars du Ghana, vainqueurs par 1-2, dimanche au stade d’Oyem.

 

Les carnassiers se sont donc arrêtés sur leur 69ème match des phases finales de la CAN et ne se rendront ainsi pas à Franceville disputer, comme cela avait été souhaité, la demi-finale contre les Lions Indomptables du Cameroun,  qualifiés au détriment des Lions de la Teranga du Sénégal 0-0 après prolongation, 5-4 tirs au but, le jeudi 2 février au stade de la Rénovation.

 

La logique aurait justement voulu qu’après la 3ème place occupée lors de la 30ème édition, en 2015, en Guinée Equatoriale, les Léopards passent au palier supérieur, c’est-à-dire atteindre la finale. Cette fois, au contraire, ils terminent plus bas. Est-ce par mauvais choix tactique ou mauvaise gestion de l’effectif ? Les interrogations surgissent en grand nombre après l’élimination intervenue dimanche.

 

Certes, à chaque sortie, l’état désastreux des terrains et, aussi, le jeu physique excessif parfois pratiqué ont laissé des traces dans les rangs de toutes les équipes participantes, la RDC n’étant pas épargnée, expliquent en partie le changement continu et fréquent des joueurs utilisés par l’entraîneur Jean Florent Ibenge Ikwange, 21 sur 23 à part les deux gardiens de réserve.

 

A l’analyse, dans un match aussi décisif, la présence inopinée de Rémy Mulumba, titularisé dans l’entrejeu en association avec Paul José Mpoku, et de Dieumerci Mbokani Bezua, en pointe de l’attaque, ne rassurent pas dès le départ. Mulumba erre sur tout le terrain, courant au gré de la course du ballon. Mbokani, censé occuper les arrières axiaux ghanéens dans les duels aériens, n’en dévie que deux en première période au cours de laquelle il se montre même imprécis.

 

Comme sur une transmission loupée de Daniel Amartey sur son portier Razak Brimah, Mbokani (6ème) évite celui-ci dans le petit rectangle mais n’ajuste pas son tir qui cogne la base du poteau droit, sans dégât. Il en verra d’autres lamentablement en l’air (25ème, 37ème). Junior Kabananga Kalonji (42ème, 44ème) se distinguent également dans la maladresse durant les trois premiers quarts d’heure de domination des Léopards, éclipsant totalement l’équipe noir et blanc ouest-africaine.

 

Au retour des vestiaires, la physionomie de la rencontre change avec l’utilisation du canevas en 4-2-3-1 par les Ghanéens, désormais maîtres du jeu. Et les vagues offensives commencent à déferler dans le camp d’en face.Le dernier rempart congolais Matampi Ley est même obligé de repousser des pieds un violent coup franc de Wakaso Mubarak (50ème).

 

Rémy Mulumba traîne avec le ballon près de la ligne médiane. Afriyie Acquah le lui chipe promptement pour Jordan Pierre Ayew (62ème) qui évite le tacle de Merveille Bope puis le retour de Marcel Jany Tisserand avant d’envelopper son shoot : 0-1. Le temps de le remettre en jeu, un coup franc accordé aux carnassiers congolais est vite livré par Mbemba à Paul José Mpoku (68ème) dont la tentative de 25m va s’afficher dans la lucarne gauche du gardien Razak Brimah : 1-1. L’espoir renaît.

 

Malheureusement, en se mêlant les pinceaux involontairement dans la course avec Christian Atsu Twasam qui l’avait pris de vitesse, Joyce Lomalisa Mutambala se voit sanctionner d’un penalty par l’arbitre seychellois  Bernard Camille et que transforme le capitaine André Ayew, l’aîné de l’autre (78ème) : 1-2.

 

Du coup s’opèrent plusieurs changements. Firmin Mubele est rappelé sur le banc au profit de Bokila Loteteka (82ème), Paul José Mpoku cède sa place à Cédric Bakambu (82ème) et Rémy Mulumba à Jonathan Bolingi Mpangi (84ème). Ceci signifie que l’équipe de la RDC devra faire avec quatre avant-centres naturels. L’ayant certainement compris, Bolingi décroche simplement pour devenir un porteur d’eau au milieu du terrain. La détermination et la hargne de tirer son épingle du jeu sont telles que Cédric Bakambu (84ème, 88ème), lui, inquiète sérieusement l’arrière-garde ghanéenne en cherchant à transformer en but des actions pas du tout franches. Mais, le miracle ne se produira pas, le score restant inchangé.

 

L’ANIMATEUR EVOLOKO RECOIT LE « FAN TROPHY » DU MATCH RDC-GHANA : A la pause du quart de finale, joué dimanche 29 janvier 2017 au stade d’Oyem, l’animateur Evoloko de la RDC, de son vrai nom Saleh Matongo, a été désigné Meilleur Animateur pour prendre la distinction que décerne la CAF (Confédération africaine de football) à chaque rencontre de la CAN. Le lauréat a droit à un billet d’entrée à la finale de la 31ème édition, prévue le dimanche 5 février au stade de l’Amitié, à Libreville.

 

UN MEMBRE DU GROUPE DE SUPPORTEURS DES LEOPARDS, WASHINO, MEURT A LIBREVILLE : La nouvelle a créé de l’émoi au sein de la délégation de la RDC, dimanche 29 janvier au stade d’Oyem, pendant que se déroulait le match RDC-Ghana, comptant pour le quart de finale de la CAN-Gabon 2017. Me Washino Mbombo, un élément de la sécurité de l’AS V.Club de Kinshasa et garde du corps de l’entraîneur Jean Florent Ibenge, a été victime des malaises soudains pendant le voyage du mercredi 25 janvier, sur le trajet retour Port Gentil-Libreville-Oyem. Samedi, un hélicoptère de l’organisation de la CAN l’avait évacué d’Oyem pour la capitale gabonaise. L’irréparable est tout de même arrivé.ACP/Kayu/Wet (de l’envoyé spécial de l’ACP SIKI NTETANI MEMBA François

 

 

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité