|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Monde

La France et ses intérêts en Afrique sous surveillance
Écrit par Berger Media - Publié le 08/12/2016
  

Plusieurs ambassades françaises ou encore Médecins du Monde ont été visées par la surveillance des agences britanniques et américaines. Si les services secrets britanniques privilégient les interceptions massives en Afrique anglophone, ils ne s’interdisent pas de lorgner sur le pré carré français, à commencer par le ministère des affaires étrangères dont la ligne fixe du standard figure dans les rapports d’écoute, comme celles de la Direction générale de la coopération internationale et du développement (DGCID, devenue Direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats). Autant de portes d’entrée électroniques vers les différents services de la diplomatie française.

Selon des relevés d’interceptions de janvier et février 2009 extraits par Le Monde, en collaboration avec le site The Intercept, des archives de l’ex-consultant de la NSA Edward Snowden confiées à Glenn Greenwald et Laura Poitras, le cœur même de la diplomatie française a été visé. Sur des relevés du 30 janvier 2009 figurent également les traces d’écoutes sur les négociations sensibles, suivies en temps réel, par les agents britanniques pour la libération de six Français du groupe Bourbon, brièvement enlevés puis relâchés en novembre 2008 à Bakassi, dans les eaux camerounaises frontalières du Nigeria.


Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité