|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Politique

RDC : l’ONU élargit le mandat de la Monuc
Écrit par Berger Media - Publié le 22/12/2008
  

Le Conseil de sécurité a élargi le mandat de la Mission de l’ONU en République démocratique du Congo (Monuc) en la chargeant de s’attacher en priorité à la protection des civils dans le Kivu.

Dans sa résolution 1856 adoptée à l’unanimité, le Conseil a prorogé jusqu’au 31 décembre 2009 le mandat de la Monuc et autorisé « le maintien jusqu’à cette date d’effectifs pouvant atteindre 19.815 militaires, 760 observateurs militaires, 391 personnels de police et 1.050 membres d’unités de maintien de l’ordre ». La résolution demande à la Monuc « d’accorder la priorité absolue à la réponse à apporter à la crise des Kivus ». Elle détaille le mandat de la Monuc en l’articulant autour de quatre axes, par ordre de priorité décroissant : « protection des civils et du personnel humanitaire » (…), « désarmement et démobilisation des groupes armés étrangers et congolais », « formation des FARDC à l’appui de la réforme du secteur de sécurité » et « sécurité du territoire de la RDC ».
Pour ce faire, la Monuc est chargée notamment de « dissuader toute tentative de recours à la force qui menacerait les processus de Goma et de Nairobi de la part de tout groupe armé, étranger ou congolais ».
La Monuc doit également, en coordination avec les FARDC (forces armées de la RDC, armée régulière), « désarmer » tous ces groupes armés pour assurer leur participation au processus de démobilisation et de réinsertion et « libérer les enfant attachés à ces groupes armés ».
Comme les précédents textes adoptés par le Conseil de sécurité sur la Monuc, la résolution 1856 réitère que celle-ci est « autorisée à utiliser tous les moyens nécessaires » pour s’acquitter de ses missions.
Le Conseil demande aux gouvernements de la RDC, du Rwanda et des autres pays de la région de coopérer avec l’envoyé spécial de l’ONU, l’ex-président nigérian Olusegun Obasanjo, pour résoudre la crise dans l’est de la RDC.
Les combats ont repris fin août au Nord-Kivu entre le CNDP (Congrès national pour la défense du peuple, rébellion du général tutsi congolais déchu Laurent Nkunda) et l’armée congolaise.
Fin octobre, le CNDP a infligé de cinglants revers aux FARDC et failli s’emparer de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, avant de déclarer unilatéralement un cessez-le-feu.

 

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité