|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Politique

Point de vue du Mlc sur le discours du Président de la République sur l'état de la Nation :
Écrit par Berger Media - Publié le 17/12/2008
  

Le discours sur l’état de la Nation présenté le samedi 13 décembre par le Chef de l’Etat devant les 2 chambres du Parlement réunies en congrès reste encore d’actualité dans l’opinion, notamment dans certains partis politiques qui l’examinent. Le dernier à se livrer à cette pratique c’est le Mouvement de Libération du Congo (Mlc) de Jean-Pierre Bemba, l’une des filles aînés de l’opposition congolaise. A travers un communiqué de presse qu’il vient de rendre public, ce parti annonce qu’il prend acte de ce qu’il appelle l’aveu d’impuissance du chef de l’Etat et fait observer que la crise financière internationale ne peut être considérée comme la justification de la non réalisation des promesses électorales du chef de l’Etat.
D T

Voici le communiqué de presse du MLC

Le Mouvement de Libération du Congo, a suivi attentivement le discours sur l’état de la Nation, prononcé devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès, ce Samedi 13/12/2008, par le Président de la République. Bien que ce discours ne donne pas lieu à un débat au sein du Congrès, conformément à l’article 77 de la Constitution, le MLC, conscient du rôle à jouer par l’opposition républicaine pour la refondation d’un ordre démocratique, porteur du bonheur et de la prospérité pour tout le peuple congolais, fait les remarques suivantes:

1. Le MLC prend acte de l’aveu d’impuissance du Chef de l’Etat, lorsqu’il reconnaît que le Congo traverse une crise persistante dans les domaines sécuritaires et socio-économiques. Ce qui confirme, une fois de plus, les constats dressés par l’opposition dans sa déclaration du 25 /11 /2008, sur le bilan à mi parcours de la législature.

2. En dépit des déclarations des bonnes intentions et des embellies rhétoriques, le ML C note que la paix et la sécurité pour lesquelles les compatriotes de l’Est s’étaient massivement mobilisés aux élections, demeurent une illusion, et tendent à confirmer ce que l’opposition qualifie de «menace certaine» de la balkanisation du Territoire national.

3. Le MLC fait observer que la crise financière internationale ne peut être considérée comme la justification de la non réalisation des promesses électorales du chef de l’Etat. Elle est juste un facteur exogène qui est venu marcher sur les dépouilles d’un Congo en déliquescence, résultat d’une gestion calamiteuse.

4. Après deux ans d’exercice du pouvoir, le MLC constate que les quelques réalisations dans le cadre du 5 chantiers présentées avec triomphalisme pour justifier le lent et timide démarrage du contrat électoral, ne sont pas à la hauteur des attentes du peuple, malgré tous les matraquages médiatiques et toute la propagande idéologique qui les entourent. A titre d’exemple: au delà de la distribution des kits scolaires, offerts généreusement par la Communauté Internationale, la population attend la réalisation de l’article 43 alinéa 5 de la Constitution qui prévoit le caractère obligatoire et gratuit de l’enseignement primaire

5. Le MLC s’étonne du fait que, depuis le début du mandat jusqu’a ce Jour, le pouvoir ne fait que dénoncer, à travers des discours génériques, la corruption et l’impunité qui gangrènent dangereusement l’appareil d’Etat, sans jamais sanctionner ni préconiser des mesures courageuses capables de vaincre ces fléaux. Est-ce un aveu d’impuissance ou une complicité objective ?

6. Devant l’échec patent d’un exercice militariste et partisan du Pouvoir, le MLC fait observer que l’appel à la cohésion nationale, lancé par le Président de la République, en vue de relever les défis multiples de la RDC, passe par la relance du dialogue politique, tel que l’exige l’opposition depuis 2007. Et non pas par des arrestations arbitraires, les intimidations et la stigmatisation des compatriotes proches de l’opposition ou originaires des certaines provinces.

7. Le MLC note, qu’en ce moment où la RDC a besoin des énergies et des intelligences de toutes ses filles et de tous ses fils, la réconciliation nationale doit se dérouler dans un cadre de tolérance mutuelle. Avec Dieu nous vaincrons.

Fait à Kinshasa, le 16 Décembre 2008

LUHAKA LOSENDJOLA

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité