|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Politique

Le Président Joseph Kabila invite l'opposition à jouer son rôle
Écrit par Berger Media - Publié le 15/12/2008
  

Pour la deuxième fois consécutive, le chef de l’Etat Joseph Kabila a prononcé le samedi 13 décembre 2008 son discours sur l’état de la nation dans le cadre du Congrès du parlement qui réunit les  députés et les sénateurs, conformément à l’article 77, alinéa 2 de la constitution qui prévoit qu’il se livre à cet exerce au moins une fois par année.

Au cours de cette rencontre avec la représentation nationale, à laquelle ont été également associés le Premier ministre Adolphe Muzito, les membres de son gouvernement, les ambassadeurs et chefs des missions diplomatiques accrédités en Rdc ainsi que les membres d’autres corps constitués, le Président Joseph Kabila a invité l’opposition « à jouer son rôle rigoureusement et honnêtement pour contribuer à la bonne gouvernance et au développement » en appelant également à  la mobilisation générale en vue de donner au peuple des raisons d’espérer.

 Les cinq chantiers, a-t-il souligné,  c’est «  un élan de synergie collective impliquant toutes les composantes de notre société, jeunes et vieux, hommes et femmes aussi que toutes les sensibilités politiques, y compris l’opposition en vue d’en garantir le succès’’.

Dans une société démocratique, « comme la nôtre », l’opposition, en jouant son rôle rigoureusement et honnêtement, contribue efficacement à la bonne gouvernance et au développement, a précisé le Président Joseph Kabila.

 La reconstruction du Congo a effectivement démarré

De l’abîme dans lequel la Rdc se trouvait y a 7 ans au sommet auquel il aspire, le chef de l’Etat a reconnu : « Le chemin est bien long, pire, il est escarpé, glissant et semé d’embûches ».

Cela ne signifie pas, toutes les remises en causes des actions déjà menées.  Car devait-il précisé, bon nombre de critiques ne sont pas fondées parce qu’elles sont basées sur des postulats plutôt que sur des analyses objectives.

La reconstruction du Congo a effectivement démarré, pense Joseh Kabila qui a par la même occasion évoqué : « Des chantiers ont été ouverts à travers la RDC notamment la distribution des Kits scolaires, la réhabilitation de l’usine de traitement d’eau à N’djili, l’autoroute Lubumbashi Kasumbalesa ».

Pour le Président Joseph Kabila, les cinq chantiers ne sont pas un slogan. C’est plutôt une vision d’un développement intégré de notre pays.

Il s’agit, a-t-il expliqué, de nous engager dans les actions concrètes allant de la réhabilitation de ce qui existe à la création de nouvelles infrastructures grâce à une intelligence des combinaisons des investissements publics et privés pour créer plus de richesses et plus d’emplois.’’

Le Chef de l’Etat s’est aussi exprimé au sujet de la guerre à l’Est de la Rdc, en manifestant sa compassion vis-à-vis « des populations du  Kivu et de la Province Orientale, forcées d’abandonner leurs maisons et villages à cause de cette « guerre injuste » imposée à la Rdc.

« Je tiens à vous rassurer que la nation congolaise ne faillira jamais à son devoir de se battre pour que justice soit faite. », a-t-il promis, en relevant que cette guerre ne peut en aucune manière éloigner la Rdc de sa marche vers la réalisation de ses objectifs prioritaires.

La décentralisation n’est pas la consécration des seigneuries locales

De même qu’il a invité l’ensemble des Congolais à se montrer solidaires. « Ce n’est pas le moment de croiser les bras ou d’attiser nos querelles intestines. Ce n’est pas le moment de nous tourner le dos, les uns aux autres au nom des idéologies partisanes. C’est plutôt le moment de protéger et de défendre le plus grand héritage que nos ancêtres nous ont légué. Et cet héritage, c’est la République Démocratique du Congo dans ses frontières du 30 juin 1960 », a insisté le Chef de l’Etat.

« A travers les tractations actuelles pour le retour d’une paix durable, le gouvernement a une seule préoccupation : le sort et le bien être des populations » a dit le chef de l’Etat congolais qui aussi demandé au gouvernement à promouvoir et à donner une forme utile à l’élan de solidarité observé partout à travers le pays en faveur des populations des zones affectées par la guerre ».

Abordant la question de la lutte contre la pauvreté, le chef de l’Etat a demandé au Ier Ministre et à son gouvernement de veiller à la matérialisation de cette question grâce au budget 2009.

Il a aussi fait de même pour les gouvernements provinciaux et toutes les Assemblées provinciales. « Ils doivent aussi s’engager dans le développement à la base », a-t-il souligné, en insistant sur le fait que « la raison d’être de la décentralisation n’est pas la consécration des seigneuries locales, mais plutôt d’une large participation de populations à la détermination de nos choix fondamentaux».

« Pour être acceptés et perçus comme utiles et justifiés, ces sacrifices devront être équitablement partagés entre toutes les catégories des Congolais ».

La décentralisation, se poursuivra jusqu’au niveau de base. Ce processus, a prévenu Joseph Kabila, ne doit pas servir d’alibi à des projets anti-patriotiques, de déstabilisation des institutions pour devenir une source des tensions permanentes alimentées par des intérêts égoïstes.

La décentralisation doit,  être perçue, selon lui, comme un mécanisme approprié de gouvernance de proximité, un facteur d’unité et de paix du pays dans sa diversité, annonçant par la même occasion que ce processus se poursuivra par l’organisation des élections locales et des transferts effectifs des moyens en vue de permettre aux provinces et entités de faire face à leurs responsabilités.

Plusieurs autres sujets abordés

Il a abordé plusieurs autres sujets parmi lesquels la justice et les droits de l’homme, la sécurité, la corruption, l’impunité et les tracasseries.
 
Au sujet des droits de l’homme, il a déclaré que « la RDC continue à faire du chemin, et du bon chemin dans la voie de la démocratisation et de l’instauration de l’Etat, du respect de droit de l’homme et de liberté fondamentale’’ et exprimé sa détermination à promouvoir les droits de l’homme et encouragé les organisations qui oeuvrent dans ce domaine de travailler en respectant les règles.

En ce qui concerne la justice, le Président Kabila a fustigé les mauvaises pratiques qui gangrènent l’appareil judiciaire en Rdc, en évoquant notamment le trafic d’influence, qui a-t-il souligné, constitue une infraction.

Au sujet de la corruption, l’impunité et les tracasseries, le chef de l’Etat s’en est remis au Parlement et aux institutions chargées de dire le droit afin, souhaite-t-il, d’éradiquer avec le concours de la loi l’ensemble de ce fléau.

Selon la Constitution de la Rdc, la présidence du Congrès du parlement est rotative. En 2007, il était présidé par le président  de l’Assemblée nationale Vital Kamerhe. Tandis que cette année, il l’a été par le président du Sénat Léon Kengo wa Dondo.

 D Tsona

 

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité