|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Politique

RDC : Un homme aurait été lynché par la police à Matadi
Écrit par Berger Media - Publié le 31/03/2018
     

 

Un jeune homme aurait été tué par les agents de la police, vendredi dernier à Matadi. Il a été frappé puis lynché par des pierres et son corps abandonné en pleine rue, devant le siège de l’assemblée provincial. Selon, les témoins, aucun agent de la police, ni les députés provinciaux n’ont tenté de mettre fin à cette bavure policière.

 C’est depuis des années que la population et les ONG déplorent le comportement des policiers congolais. Elle est mise en cause dans plusieurs meurtres à Kinshasa, comme à l’intérieur du pays. Le cas survenu à Matadi vient renforcer encore cette thèse.

La mort, sans pitié de cet homme ne laisse aucun doute sur les bavures de ces « hommes » censés protéger la population et leurs biens. Chose étonnante encore, les deputés présents dans les locaux ne sont jamais sortis pour intervenir et demander que l'homme soit amené au poste de la police pour être interrogé.

Tout a commencé le 30 mars 2018, devant le bâtiment du siège de l’assemblée nationale du Congo-Central. Alors que les députés, réunis, attendaient l’ouverture de la session parlementaire, quelques jeunes ont lancé de pierres en direction du bâtiment, qui ont cassé des vitres des véhicules de quelques députés provinciaux.

C’est ainsi que les policiers, ayant réussi à interpelé l’un des assaillants, l’ont tout simplement frappé, puis lynché par des pierres, sans lui donner la possibilité de se justifier.

Les policiers, censés faire respecter la loi, sont à nouveau mis en cause dans cette affaire. Le procureur de la république du Congo-central, étant présent, a été interpelé par le député Mambu, élu de Kasangulu.

Si la famille de cette victime n’a pas d’avocat pour réclamer justice, tous les habitants du Congo-central et de Matadi en particulier observe et attende, avec impatience, la réaction du procureur de la république, du gouverneur Jacques Mbadu et du ministre national de l’intérieur Mova Sakani. Odile P.

 

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité