|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Politique

France-Afrique : Macron veut marcher avec des africains.
Écrit par Berger Media - Publié le 28/11/2017
     

Le président français a entamé depuis mardi 28 novembre une tournée africaine qui le conduira après, Wagadougou, en Côte-d’Ivoire et au Ghana. Dans sa première escale, dans la capitale burkinabaise, il a prononcé un discours devant plus de huit cents étudiants triés. Pendant plus de 3heures, Emmanuel  Macron a étalé sa vision de l’Afrique qu’il invite à marcher ensemble. Fin de France-Afrique ?

 

Le président français n’a pas une politique pour l’Afrique. Il veut construire une nouvelle politique avec des africains. Il veut marcher à leurs côtés.  Voici en gros, l’idée maitresse du discours du président français face aux étudiants burkinabais, réunis dans l’amphithéâtre de l’université de Waga. Ce bâtiment a été construit sous le financement de l’ancien présidente libyen Mouammar Kadhafi , a rappelé une étudiante, pour justifier  l’absence de la France dans ce pays.

Monsieur Macron a promis de soutenir le secteur de la culture, de l’éducation des jeunes en général et des jeunes filles en particuliers ? Avant de demander aux africains de s’approprier la francophonie : un instrument de cohésion entre des peuples qui ont une histoire en commun.

Il a également promis de déclassifier les documents sur la mort de l’ancien président,  Thomas Sankara, assassiné en 1987. Sauf pour les documents classifiés et couverts par l secret défense. Interpelé sur la question de la Libye,  où les quelques pays de l’union européenne  dont la France, soutiennent financièrement et matériellement un groupe des milices pour bloquer les migrants.      Le président Macron n’a pas répondu à la question que par l’incrimination des africains qui sont à la base de trafic vers la Libye. Même si, par ailleurs il a proposé des initiatives avec les pays.

Pour freiner la pauvreté de l’Afrique, le chef de l’état français est revenu sur ce qu’il avait déjà déclaré, à savoir le nombre d’enfants serait un frein pour le développement de ce continent.

Pourtant, dans plusieurs pays africains, la société civile mène des campagnes pour sensibiliser les jeunes couples. Et le résultat est déjà visible dans certaines nations.

Même si le nombre d’enfants n’est pas à la base de la pauvreté des pays africains, les jeunes étudiants de waga ont réclamé le rapatriement de François Compaoré, le frère de l’ancien président burkinabais, interpelé en France. Car, accusé de meurtre d’un journaliste.

L’ingérence des puissances occidentales sur la politique interne des pays africains, la malversation des dirigeants africains, le manque d’une vraie politique après les indépendances, la sècheresse, les guerres civiles etc sont les maux qui rongent des nombreux pays africains.  

 

Si Emmanuel Macron était à Wagadougou, où il a rappelé néanmoins le souvenir de Nelson Mandela,  par contre, il n’a pas rencontré toute la jeunesse africaine. Car sait-on, chaque pays a ses spécificités. @Myriam N.

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité