|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Politique

Me MAVUNGU, l’UDPS voulait un Secrétaire Général figurant.
Écrit par Berger Media - Publié le 18/08/2016
  

Me Bruno MAVUNGU, président de l’UDRC s’est confié à la rédaction de www.berger-media.info ce jeudi 18 août 2016. Les raisons de son limogeage, le dialogue national, la place de la diaspora, ses prochaines activités politiques, tels sont les points saillants de cette interview que vous suivrez en deux parties, texte et audio.

 

BMI(Berger-Media.info)

Vous étiez, jusqu’à il y a quelques jours, (11/08/16) secrétaire général de l’UDPS, qui est un parti de l’opposition ,en RDC. Vous avez été remercié par Etienne Tshisekedi, qu’est-ce qui a été à la base de votre conflit avec lui ?

PM(Président Mavungu)

Jusqu’à ce jour, rien a été dit. Je n’ai pas été notifié. Simplement, il y a eu la nomination d’un nouveau secrétaire général et je n’ai pas été notifié.

BMI : Sur les réseaux sociaux, on vous accuse de traitre, et que vous auriez touché de l’argent de la part du gouvernement ? Que répondez-vous ?

PM : C’est facile de le dire. Je n’ai rien à me reprocher. Ils ont été prendre quelqu’un à l’intérieur  du pays, c’est comme si ,ici il n’aurait pas des gens. Ils avaient besoin d’un figurant. C’est un figurant. Ils n’avaient pas besoin d’un secrétaire général.

C’est facile de dire qu’on prend l’argent du gouvernement. Mais pour quel motif ? C’est quand on a généralement plus d’arguments, qu’on essaie de dire n’importe quoi.

Toute la classe politique congolaise me reconnait intègre.

BMI : Aujourd’hui, vous avez décidé de créer votre parti politique, comment se nomme-t-il?

PM : Nous avons créé ce parti avec plusieurs combattantes et combattants, et plusieurs personnes qui veulent bien aller avec nous. Notre parti se nomme l’Union des Démocrates pour la Renaissance du Congo, UDRC en sigle.

BMI :Vous savez Me Mavungu, que créer un parti politique, il faut des moyens humains et financiers. Comment compter vous s’y prendre ?

PM : Tout le monde n’a pas les mêmes ressources pour se marier. Mais on se marie quand même. Les ressources ? J’ai géré l’UDPS pendant quatre ans. Beaucoup disent avec satisfaction de ce que j’ai fait. Les deux grandes sorties de l’UDPS, à part les sorties que j’ai préparé et animé moi-même ;Il y a l’accueil du président (E.T.) et le meeting animé par le président (E.T.). Les sociétés de sondage disent que l’UDPS était monté à plus de 80%. Si vous me demandez combien j’avais chaque mois, je vais vous étonner que j’avais pas plus de mille dollars. Donc, le problème d’argent, c’est selon qu’on veut en faire un problème. Nous sommes plusieurs combattants. Nous savons comment on fait. Si chacun paie sa cotisation de 1000FC par mois, on paie sa carte et nous allons fonctionner. Je ne voudrais pas trop réfléchir sur l’argent. Je sais qu’au début c’est toujours difficile parce qu’il faut les documents par exemple, ça demande de l’argent. Payer une garantie locative pour le siège…Mais je sais comment j’ai dirigé l’UDPS.

BMI : Est-ce que vous allez participer au dialogue et que représentent ces assises pour vous ?

P.M : J’ai été le plus grand artisan du dialogue. J’ai fais comprendre à la communauté national et international que le dialogue doit se tenir avant les élections. J’ai fait l’Europe plusieurs fois pour essayer de faire voir à nos compatriotes de la diaspora la nécessité du dialogue...J’ai créé le parti je crois que c’est la première activité politique au niveau national, c’est aller au dialogue. J’amène mon parti au dialogue…

BMI : Avez-vous des contacts avec Edem Kodjo, le facilitateur de ce dialogue ?

PM : Dés que j’ai crée mon parti, il m’a appelé et j’ai répondu à son appel.

BMI : Aujourd’hui on ne peut plus ignorer la diaspora congolaise, allez-vous installer des représentations à travers le pays et à l’étranger ?

PM : Nous aurons des responsables dans tout le pays d’Europe, d’Amérique et d’Afrique. D’autant plus que nous sommes entrain de nous battre pour que la diaspora soit enrôlée pour l’élection prochaine. La diaspora, non seulement a toujours participé à notre vie économique, il faudrait que la diaspora doit participer à la vie politique. Donc, la diaspora va participer aux élections, et nous aurons des responsables partout.

 

BMI : Plusieurs combattants sont avec vous, que faire pour adhérer à votre parti et à quand …… ?

PM : Nous allons bientôt publier des dirigeants au niveau national, aussi à la base, c’est-à-dire des villes, des territoires, et des dirigeants fédéraux, des sections.

 

Vous suivrez l’intégralité de cette interview en audio dans les prochains jours.

 

 

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité