|    Facebook    |    Devenir Membre   |   Webmail   |

Politique

Bureau de l’Assemblée nationale : La guerre des clans fait rater un poste au PALU
Écrit par Berger Media - Publié le 10/04/2012
  

Kinshasa, le 10/04/2012.- Mwando Nsimba fait son entrée dans le ticket Minaku qui est appelé à diriger le Bureau de l’Assemblée nationale. Et cela au détriment du PALU Justin Kiluba, recalé par son parti pour des raisons tribalistes, affirme-t-on dans les milieux des analystes politiques. A moins des 24 heures de l’élection du Bureau définitif de l’Assemblée nationale, le Parti lumumbiste unifié (PALU), s’affronte dans une guerre fratricide pour le poste de 1er vice-président de la Chambre basse du Parlement.
PaluLes différentes tendances du parti du patriarche Antoine Gizenga sont loin de  se mettre d’accord sur la personne de Justin Kiluba Longo. Député élu de la circonscription de Malemba Nkulu au Katanga, Kiluba avait toutes les chances d’occuper ce poste étant donné que celui-ci revient de droit à un ressortissant du Katanga, et au PALU, selon la répartition fixée au niveau de la Majorité présidentielle (MP) et ses alliés. Mais, les ambitions du député katangais se sont estompées à la suite de la réaction du courant conservateur constitué de la vieille garde Gizengiste. Très gourmand, les membres de ce courant très attaché à la tribu Pende, avec Anne Mbuba (épouse d’Antoine Gizenga) en tête, revendique que le poste réservé au PALU soit attribué à l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito et neveu du patriarche Gizenga.
Pour ce courant conservateur, outre le Katangais Justin Kiluba, Godefroid Mayobo, d’origine Yansi, lui aussi ne peut prétendre au fauteuil du 1er vice-président, lui qu’on accuse de tous les péchés d’Israël. La guerre des clans a repris de plus belle au PALU et la lutte fratricide va déboucher sur d’autres massacres, annoncent des analystes. Face à d’autres tendances de la MP qui tiennent à respecter l’équilibre régional dans l’architecture institutionnelle, les caciques purs et durs du parti répliquent que les partenaires de la Majorité n’ont pas le droit de leur imposer quoi que ce soit. Des observateurs avisés sont d’avis que c’est inconcevable pour un homme de la trempe d’Antoine Gizenga, pourtant connu pour son nationalisme, de permettre une telle dérive tribaliste.
‘‘Comment cet ancien compagnon de Patrice Emery Lumumba peut-il cautionner ce comportement contraire à ses idéaux, lequel confond la gestion du parti à celle dictée par la tribu Pende’’, se sont-ils interrogés. Face à la cacophonie qui s’est installée dans les rangs du parti cher à Gizenga, le député Kiluba s’est vu dans l’obligation de se désister laissant ainsi la chance à Mwando Nsimba, élu de Moba au Katanga et président national de l’Union des nationalistes et démocrates fédéralistes (UNADEF). Ce dernier devra croiser le fer avec Ekombe Mpetshi, membre du Parti démocrate chrétien de José Endundo.
La candidature de Mwando Nsimba arrive à point nommé, a indiqué l’élu de Rutshuru, le LDIC Jean-Luc Mutokambali qui trouve en cette candidature un placement judicieux en raison de la sagesse dont a fait montre l’ancien ministre de la Défense et des Anciens combattants tout au long des consultations menées pour ressortir la majorité parlementaire. Mwando pourra apporter une touche de sagesse à l’Assemblée nationale où les passions font parfois oublier l’intérêt général.
Ces querelles estompent les dernières chances du Parti lumumbiste à se poster au haut niveau des institutions républicaines après une élection bâclée (de 36 députés en 2006, il n’a plus que 19). Les analystes renient d’ailleurs au PALU de se targuer de l’élection de Joseph Kabila au Bandundu, son fief naturel, de ce que le parti de Mbuta Muntu n’a pu aligner que 11 députés dans cette province. Les 8 autres viennent du Kasaï occidental (1), Kasaï oriental (1), du Katanga (1), de Kinshasa (4), du Sud-Kivu (1).

 L’Opposition en ordre dispersée


L’Opposition n’est pas épargnée par la guerre des postes. Les violons sont loin de s’accorder sur le partage des deux postes réservés à ses membres au Bureau définitif de l’Assemblée nationale. Un véritable chassé-croisé est engagé entre l’indépendant Anzuluni Bembe, l’UDPS Badibanga Ntita,l’UDPS Paluku Kavula Bwana et l’UDPS Kombo Nkisi, actuel président du Bureau provisoire.
Tous ces membres de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d’Etienne Tshisekedi entendent aller jusqu’au bout de leur logique pour occuper le fauteuil du 2ème vice-président de la chambre basse du Parlement, même s’ils n’ont pas l’aval du président de leur parti, qui les a reniés et déclaré leur auto-exclusion. De toutes les façons, Badibanga Ntita n’a aucune chance surtout que Kombo Nkisi, favori de la Majorité, fait parti du ticket Minaku.
E. Musumary

Article publié et mis en ligne par berger-media.info
Publicité
NOUVELLES
Publicité